QUELQUES VUES DE LA FIAC COUR CARREE DU LOUVRE

Publié le par Florence Muller

La FIAC des "jeunes" galeries se tenait comme l'année dernière au centre de la Cour Carrée du Louvre dans une vaste tente transparente, confrontant l'art contemporain à l'histoire de l'art représentée par les nobles façades du palais. Le déplacement des galeries de design dans le cadre du Grand Palais allégeait ce salon et rendait plus lisible cette sélection de galeries en laissant plus d'espaces de respiration entre chaque stand.
 
Dès l'accès à la foire sur la rue de Rivoli, les visiteurs étaient accueillis par cette installation "Entrée pour le Centre de la Terre", réalisée par Thomas Sandri International et placée avec humour au "presque" centre de Paris. Une vision de chantier moderne pour un voyage initiatique à la Jules Verne. 

2--Desktop-Resolution--copie-26.jpg

Un stand était dédié au lancement du parfum ELLE d'Yves Saint Laurent. Le parfum s'associait doublement au salon avec son parrainage de la manifestation et sa galerie virtuelle de découverte d'artistes sur Second Life :
4--Desktop-Resolution--copie-18.jpg

5--Desktop-Resolution--copie-11.jpg

Sur le stand de la galerie Jousse Entreprise, avec Philippe Jousse, sur une oeuvre de Florence Doléac :
6--Desktop-Resolution--copie-8.jpg

Un joli couple enlacé de bicyclettes : "Bicycles bound together" de Wilfedo Prieto, 2004 :
7--Desktop-Resolution--copie-6.jpg

Une oeuvre d'une des séries de belles assassinées d'Izima Kaoru, à la galerie Fa Projects. La robe est d'Alexander McQueen :
8--Desktop-Resolution--copie-5.jpg

Sur le stand de la Galerie La Blanchisserie : "Scopitone 2 : Your Pretty Face is going to Hell", d'Arnaud Maguet, 2007 : 
9--Desktop-Resolution--copie-4.jpg

"Circle of confusion", 1997, de Khalil Joreige & Joana Hadjithomas. Galerie In Situ de Fabienne Leclerc. 
Ce couple de cinéastes a composé ici une oeuvre qui parle de l'effacement volontaire de l'Histoire récente de Beyrouth. Une vue de la ville est constituée d'une photographie découpée en centaines de petits morceaux collés sur un miroir. Le visiteur peut retirer chaque bout d'image de cet immense puzzle, procédant ainsi à un effacement progressif de la ville.
10--Desktop-Resolution--copie-1.jpg
 

Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ha van 30/10/2007 01:34

je suis très étonnée que YSL appelle son parfum "elle" , je pensais que le nom ELLE avait été déposé . En savez-vous l'histoire ? par hasard