EXPOSITION "UNSEEN : EMERGING INTERNATIONAL PHOTOGRAPHY ARTISTS". MOCA DE SHANGHAÏ

Publié le par Florence Muller

Il faisait très beau ce dimanche 9 mars à Shanghaï et comme pendant tout le reste de mon séjour en Chine. Le temps parfait pour aller visiter l’exposition « Unseen » du Musée d’Art Moderne, juste au pied de mon hôtel, au cœur du « People’s Park » où les familles vont promener leur enfant unique et les personnes âgées jouer aux cartes. Pour une fois, j’apprécie pleinement une architecture de verre et de métal qui laisse entrer la lumière à flot et donne l’impression d’être au milieu de la végétation du parc.

Le Musée d’Art Contemporain de Shanghaï présentait une exposition organisée par les commissaires Yangjun Peng, Jiaojiao Chen et Joyce Ho sur la nouvelle génération de photographes à travers une sélection internationale : Ashley Gilbertson (Australie), Camille Vivier (France), Charles Fréger (France), Jacob Aue Sobol (Danemark), Julia Fullerton-Batten (Allemagne), Martin Kollar (Slovaquie), Mikhael Subotzky (Afrique du Sud), Rafal Milach (Pologne), Lieko Shiga (Japon) et Simon Roberts (Angleterre). Le MOCA, qui est le premier musée d’art contemporain privé à Shanghai, fondé en 2005 par la Samuel Kung Foundation avec le soutien  du Gouvernement Municipal de Shanghaï. Samuel Kung, né à Shanghaï, possède une importante compagnie de joaillerie basée à Hong Kong. Le MOCA est aussi la seule institution dédiée à l’actualité de l’art à Shanghaï. Le musée s’est donné pour mission, affichée sur la façade du bâtiment, «  to bring the best of the world to China, as well as bring the best of China to the world ».

 

Entrée de l’exposition « Unseen » au  MOCA :


Série « Teenage Stories » de Julia Fullerton-Batten, 2005. Des adolescentes géantes évoluent dans des univers fantasmatiques dans lesquels on reconnaît des monuments célèbres ramenés à des proportions miniatures, sortis de leurs contextes d’origine et réinjectés dans des compositions inquiétantes :

 

« Oiseau de nuit » de Camille Vivier, 2005.

Magnifique portraits d’animaux surpris la nuit :

  

« Tokyo ». de Jacob Aue Sobol, 2006-2007 :

 

Portraits photographiques et Uniformes. « Merisotakoulu 22, de la série Merisotakoulu » de Charles Fréger, 2002-2003. Avec un style qui se réfère à la tradition Renaissance du portrait, l’artiste apporte un commentaire saisissant sur les « métiers » dans leur symbolique la plus prestigieuse, celle de l’uniforme de parade :

 

Atelier pour enfants utilisé en salon de repos :
6.JPG

 

Publié dans Art

Commenter cet article

Marianne 26/03/2008 11:27

Je découvre ton blog et voulais te remercier pour ce que tu nous offres je vais m'attarder et revenir ......bonne continuation à toi.