INAUGURATION DE LA FORCE DE L'ART 02 AU GRAND PALAIS

Publié le par Florence Muller

Belle fin de journée ensoleillée pour illuminer la nef du Grand Palais hier soir : La Force de l’Art s’ouvrait sur une note joyeuse. Le soleil faisait jouer les filtres de couleurs posés sur la grande porte et éclaboussait le dédale de blocs blancs enchevêtrés en une médina contemporaine abritant les œuvres des 36 « Résidents ». Architecture, volume et zones de circulation très réussies, construits par l’architecte Philippe Rahm « comme une nouvelle atmosphère insérée dans la première » (celle de l’architecture de métal du Grand Palais).

Les trois commissaires Jean Louis Forment, Jean Yves Jouannais et Didier Ottinger ont voulu un parti pris fort pour cette Triennale de l’Art en France : la nécessité de « mettre l’accent sur la notion d’œuvre», avec pour seul critère de sélection la « sensibilité à l’espace ». Cette orientation sonne juste dans un paysage contemporain recentré sur le fond des choses et non sur le discours. En mode, les défilés récents ont eu aussi élu le vêtement comme sujet principal au détriment de l’image et de l’esbroufe.

Des œuvres, il y en a donc de tout genre, pour toutes les sensibilités et tous les goûts. Des pièces spectaculaires comme l’ »attraction » de Fabien Giraud et Raphaël Siboni, gros cube noir secoué comme un simulateur de vol ; des œuvres plus discrètes comme le texte de Mircea Kantor racontant la fable des deux maharadjas, gravé dans le sol. De la poésie, avec le flocon de neige géant ou « le triomphe de la neige » signé Le Gentil Garçon. De l’interactif, avec l’œuvre de Wang Du, l’« International Kebab », tour de papier compressé. Elle est entourée de coutelas que le public peut manipuler pour découper et emporter des lamelles de l’œuvre.

La manifestation en faveur de la scène contemporaine de l’art en France ne s’arrête pas à cette sélection d’œuvres. Elle se complète de 6 « rêves » d’artistes internationalement reconnus comme Daniel Buren, Annette Messager ou Orlan… dont les créations sont réparties entre des lieux parisiens mythiques,  Musée du Louvre, Tour Eiffel, Palais de la Découverte, Musée Grévin, Eglise Saint-Eustache. Une sélection d’œuvres dites « Les Virtuels » sera mise en ligne chaque jour. Enfin, à l’intérieur du Grand Palais, vont se succéder jusqu’à la fin de la Triennale, des « Invités »  qui vont présenter des performances, spectacles ou soirées basés sur l’interdisciplinarité. Inaugurant cette programmation dimanche 26 avril, Goran Vejvoda présente la performance « Foule accord » avec sa formation Background composée d’Aurélie Lobin, Bérengère Chasseray, Soleil Koster, Stéphanie Pons, Valérie de Berrardinis et Corinne Babled. Entourée des « Gardiennes du son » (chaussées de cuissardes Larare) et des « combattantes du silence », une installation sonore est à la disposition du public qui est invité à composer un « Foule accord ».

La Force de l’Art. Grand Palais. Paris. Jusqu’au 1er Juin 2009. Entrée 6 euros.

Performance « Foule accord » De Goran Vejvoda / Background. Dimanche 26 avril à 15h30.
 

Mircea Kantor. La fable des deux maharadjas :
 

Devant la boutique de « POF » de Fabrice Hyber, une brune, une blonde :
 

« International Kebab » de Wang Du :
 

« Le triomphe de la neige ». Le Gentil Garçon :
 

La sphère de Bruno Peinado reflétant la voûte du Grand Palais :
 

Publié dans Art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vincent Pons 02/05/2009 11:18

http://www.facebook.com/album.php?aid=2022402&id=1045792076&l=0a58db68cf

laurence 25/04/2009 06:59

Très belle expo pétillante d'idées inattendues...

ducate 24/04/2009 08:32

Bonjour
merci pour votre blog!
je m'intéresse à la mode au design autant qu'à l'art, j'aimerais vous suivre sur fbk ou votre blog?