DEFILES DE HAUTE COUTURE HIVER 2008-2009, SUITE

Publié le par Florence Muller

La haute couture gagne à être vue de près et c’est souvent vrai, il est regrettable de ne voir passer les robes qu’une seconde et sur un podium ou perdues dans d’immenses décors comme chez Chanel. Chez Martin Margiela, avec une présentation faîte spécialement pour chaque invité ou par groupe d’invités, tout est fait pour que l’on puisse apprécier les modèles, d’une part pour leur effet visuel et d’autre part pour la qualité du travail et des matériaux. Première découverte sur mannequin venant prendre place sur un fond noir, entièrement couverte d’un maillot noir, une vraie toile de fond qui permet au modèle de se détacher … aucun risque d’être distrait par la jolie fille, son maquillage, sa coiffure et autre fantaisie. Puis on vous invite à revoir les mêmes modèles exposés sur mannequins de couturière. Ce qui permet d’apprécier cette collection dite « artisanale » qui est la « haute couture «  du créateur belge, réalisée dans les ateliers de la maison.

 

 

Chez Givenchy, par Riccardo Tisci, superbe exercice de virtuosité sur le thème des rayures et de camaïeu de beige et marron :

 

Givenchy, une robe du soir avec une utilisation de la passementerie devenue une « signature » de Riccardo Tisci qui depuis plusieurs collections explore magistralement les possibilités de ce matériau :

 

Martin Margiela, collection artisanale. Le haut de la robe est fait de deux sacs de shopping en plastique blanc, la taille est scotchée d’argent, la jupe en soie. Allusion à l’un de ses premiers défilés dans les années 90 quand il avait présenté dans un terrain vague du 20ème arrondissement des vêtements en sacs de plastiques scotchés. Mais ici les deux sacs sont doublés de soie, se ferment par l’attache originelle du sac… et le modèle fait penser aux lignes des robes du soir de la fin des années 30, début 40 :

 

Martin Margiela. Haut en pelotes de laine torsadées et nouées autour du buste et brodées d’anneaux d’or :

 

Martin Margiela. Robe couverte de disques de vinyl :

 

Jean Paul Gaultier.Toute une recherche sur les crinolines et le baleinage des corsets, citation mais aussi extrapolation des fondements de son style :
 

Publié dans Mode

Commenter cet article

excuse my trench 11/07/2008 16:41

Je reste en admiration devant le travail de Margiela, en particulier le haut en pelote de laine torsadées. Ce coté créa brut, au final très travaillé est vraiment impressionnant...merci pour cet article très intéressant