EXPOSITION "AUX SOURCES DU STYLE BOHO " AU PRINTEMPS

Publié le par Florence Muller

Le Magasin du Printemps vit à l’heure du Summer of love 2008. Pour introduire le style très Boho chic de cet été, à la demande du magasin, j’ai conçu en compagnie d’Anouschka, une exposition sur les origines du style Boho chic qui forme la tendance principale de l’été. Choisie au milieu des milliers de pièces de costumes et accessoires griffés des grands noms de la couture et de la création qui composent le fonds du show-room-bibliothèque de mode d’Anouschka, une cinquantaine de silhouettes évoquent les correspondances de ce style dans les années 60 et 70. Une centaine de photographies sélectionnée par Gérald Chevalier dans le fonds d’archives du magazine l’Officiel complète cette évocation.


Voici un extrait du texte d’introduction de l’exposition :


«
Le style Boho puise ses sources d’inspiration dans les années soixante et soixante-dix.

 C’est un style libre et romantique, nourri de multiples influences, éloignées des conventions, un look qui s’inspire à l’origine de l’existence nomade des bohémiens. Les racines lointaines de ce phénomène remontent au XIXe siècle dans le milieu des artistes et des intellectuels parisiens, qui inventent la vie de bohème. Mais le phénomène de mode actuel se réfère plus précisément aux hippies chics des années 60-70 qui fréquentent Saint Tropez, Tanger, Goa, Marrakech ou Ibiza … Littéralement, ni totalement bourgeoise, ni totalement bohème, la bobo chic n’est jamais là où on l’attend. Elle surprend par son anticonformisme, mais ne souffre pas dans la marginalité. Elle refuse les usages vestimentaires classiques, mais apprécie les valeurs traditionnelles du raffinement. Son allure, ni pauvre, ni riche, se traduit par un art subtil des mélanges.

An 1967, Le Summer of Love et le Human-Be-in de San Francisco révèlent au grand public l’idéal hippie, qui va marquer profondément toute une génération. La « hippie de luxe » des années 60 assiste aux concerts de Woodstock, mais ne vit pas dans les communautés… trop rustique pour elle ! Elle se compose des looks uniques chez Yves Saint Laurent ou dans les souks de luxe de Jean Bouquin. Elle s’habille d’un rien, de la transparence du coton indien sur un corps nu, le corps libéré dans une vaste djellaba ou un caftan, un foulard noué à la paysanne ou en turban dans les cheveux, et beaucoup de bijoux ethniques… Dans les années 70, elle détourne les jupons, les caches corsets, les sabots, les capelines de sa grand-mère. Elle redonne du chic aux choses fanées en dénichant aux Puces les petites robes en biais des années trente qui côtoient dans sa garde-robe les blouses fleuries de Chloé ou les robes « rétro » de Biba. La chanson de Joni Mitchell « Boho Dance » de 1975, inspiré du livre de Tom Wolff « Painted Word », dresse le portrait complexe de la bohémienne chic. Aujourd’hui, l’idéalisme et la rébellion des hippies appartiennent au passé, reste un style désirable de « Beautiful People ».


A chaque étage, dans l’espace des ascenseurs, Alexandra Sennes a imaginé une mise en scène interactive sur le thème de la Bohème de luxe.
 


Au 7ème étage du Printemps de la Mode- Boulevard Haussmann-Paris (ascenseur direct jusqu’au 6ème étage. Sous la coupole de l’Auditorium). Jusqu’au 17 mai.
 


contact@anouschka.fr

www.printemps.com 


A gauche, groupe d’ensembles Yves Saint Laurent dont une robe d’inspiration chinoise de l’hiver 1979, au centre robe de Pucci, vers 1970 et à droite robe de Gudule, vers 1969 :
 

Deux mini-robes imprimées, à gauche Cacharel, été 1971 et à droite Chloé, vers 1970 :



Deux modèles de Biba vers 1972 :

 

Au premier plan, blouse et jupe en étamine de laine de Saint Laurent Rive Gauche Hiver 1975, derrière ensemble d’inspiration russe de la même griffe, Hiver 1976, plus loin, ensemble d’inspiration gitane également d’Yves Saint Laurent, hiver 1977 :

 


Alexandra Sennes et Anouschka à gauche, Thibault Fouquet du Printemps au centre, et les étudiants du GFM (Executive MBA fondé par l’Institut Français de la Mode, le Fashion Institute of Technology de New York et la Hong Kong Polytechnic University), avant la visite d’inauguration des expositions :

 

Les étudiants du GFM écoutant les explications données par Anouschka sur les costumes exposés :


 
Au cours du pot d’inauguration, à gauche Lubna Tlayoust, directrice de la communication de "Suface to air", au centre Goran Vejvoda, à droite Nadine, styliste des collections "Surface to air" et enfin Nic Jones, Directeur du salon Rendez-vous :

Publié dans Mode

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article