VISITE DU QUARTIER DU MUSEE DE LU XUN

Publié le par Florence Muller

Impossible de remarquer ce quartier populaire authentique du Nord-Ouest de Pékin depuis la grande avenue qui le borde (Fuchengmen). Seul un marché aux oiseaux le dimanche créé une micro animation sur la grande artère. Mais si on suit les quelques personnes qui surgissent de derrière les maisons, on découvre tout un dédale de ruelles anciennes (hutongs) bordées de maisons construites à l’ancienne. Certaines sont en reconstruction et permettent d’observer que les techniques n’ont pas changé : murs en briques, piliers et charpentes en bois, montée à tenons et mortaises, toiles en tuiles… On peut ainsi avec ces matériaux et ces savoirs-faire reconstruire de l’authentique ancien-neuf !

Mais dans ce quartier rien ne semble fait pour épater le bourgeois ou le touriste. D’ailleurs on nous regarde comme des ovnis, mais on finit par s’intéresser à nous, au fil des achats en tout genre, puisque partis du marché aux oiseaux, nous traversons des échoppes de petits chats, chiens, lapins (je vous rassure, vendus comme animaux de compagnie)… puis poissons d’ornement, migales, scorpions… Puis des plantes, des noix, des antiquités, et des cuisines en plein air… De quoi aller de surprises en surprises pendant deux heures avant d’aller visiter le musée Lu Xun.

Le musée dédié à l’homme de lettres Lu Xun (1881-1936) occupe l’emplacement d’une de ses anciennes maisons. Il ne reste rien de la maison achetée par l'écrivain en 1924, mais le musée présente dans une muséographie un peu « socialiste » une partie des 30 000 objets et documents souvenirs évoquant la vie du grand homme.

Au marché aux oiseaux :

Les cages sont aussi jolies que leurs occupants :
Il n’est pas rare de voir l’uniforme toujours porté comme par ce vendeur d’oiseau :

Super display !

Rien ne vaut deux noix à malaxer pour se déstresser :

Un marchand de piques à point d’acupuncture montre à Lucas Delattre comment s’en servir. Bien joué, il gagne un client !

Trop mignon !

Des vers de différents calibres :

Poissons en tous genres :

Plantes en tous genres, difficile à identifier :

Restaurant en plein, au vrai coin de la rue :

 

Visite de Chantier :

 

Au Musée Lu Xun, un des bureaux de l’écrivain devant une vue de son quartier dans les années 20 :

 

Portrait de Lu Xun. Trop beau !

Publié dans Air du temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article