HAUTE COUTURE DANS TOUTE SA SPLENDEUR

Publié le par Florence Muller

A-t-on le droit de simplement prendre plaisir à voir le spectacle de la haute couture ? En sachant que ces robes ne pourront vivre une vie "publique", dans les vitrines et les boutiques de marques de luxe. Elles resteront la propriété de clientes qui peuvent s'offrir des robes rien que pour elles. Donc le défilé est le seul moment (avec une visite dans les show rooms ou lors des tank shows organisés à l'étranger par les maisons) pour admirer ces oeuvres rares. Je me suis laissée ainsi aller à la contemplation de ces robes "rien que pour le plaisir des yeux". 
 

Jean Paul Gaultier 
 
Dans la grande nef de sa maison de la rue Saint Martin, Jean Paul Gaultier a choisi de mettre en scène une histoire, un conte de fées, celui de la petite sirène. N'importe qui d'autre aurait pu tomber dans le piège de la mièvrerie. Pas lui ! Car c'est un homme de spectacle et pas seulement de chiffons qui sait maîtriser l'art des effets de scène. Sa comptine servait une virtuosité de traitement de chaque modèle. La femme poisson appelait des habits en écailles, prétexte à explorer les broderies aux reflets métalliques et les jeux d'entre-deux suggérant des graphismes en peaux aquatiques. A la fin la petite sirène, empêtrée de sa queue, descend de son rocher et avance sur des béquilles ... pour finalement dé-zipper l'encombrant appendice et entreprendre une nouvelle vie de vraie femme jusqu'au bout du podium !

undefined

Givenchy par Riccardo Tisci
 
Au couvent des Cordeliers, l'atmosphère était paisible et recueillie comme ... dans un monastère. Riccardo Tisci a beau aimé les audaces dans les drapés et les recherches baroques dans les volumes, ses collections évoquent l'austérité par l'effet hiératique de chaque apparition et le choix du monochrome. De la belle oeuvre !

undefined

undefined

Christian Lacroix
 
Pour la première fois, le grand hall d'entrée de Beaubourg se transformait en gigantesque salle de défilé. Des ballons illuminaient l'espace en effet lumière du jour.... Un cadre parfait pour apprécier la collection hautement picturale de Christian Lacroix. Grande fête des couleurs qui se heurtent pour tenir chacune la vedette mais c'est le tout de l'harmonie de la palette osée qui triomphe... A noter toutes les toiles peintes et volumes-tableaux bien à porter.

undefined

undefined

Christian Dior par John Galliano
 
La collection se référait aux peintres symbolistes et aussi à John Sargent, Gustav Klimt... Et comme toujours les modèles étaient le résultat d'un savant mixage de ces influences et de bien d'autres encore. Notamment, celles issues des fondements de l'époque Monsieur Dior de Dior, chapeaux tonkinois ou maestria de drapés et crinolines. Et cet éclatant manteau à la Klimt.

undefined

undefined

Chanel par Karl Lagerfeld
 
Drôle d'effet que ces collants fumés et ces ballerines archi plates, sous des minis-jupes "porte-feuille croisé". Comme quoi, même quand on a l'assurance d'un physique hors-normes de mannequin, marcher avec grâce en plat-plat reste difficile... à moins de recouvrir le tout d'une jupe longue transparente !

undefined

undefined

Publié dans Mode

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article