LA MODE SELON PIERRE BERGE

Publié le par Florence Muller

Lundi 7 janvier 2007, Pierre Bergé exposait son opinion sur la mode en général et son point de vue personnel sur la création actuelle au cours d’une conférence à l’Institut Français de la Mode. Un moment privilégié pour les étudiants de l’IFM et l’occasion de rencontrer le fondateur de l’institut et de mieux comprendre les subtilités du monde de la mode auprès d’un de ses acteurs principaux depuis les années soixante. Pierre Bergé a commencé par évoquer ses débuts aux côtés d’Yves Saint Laurent lors du lancement de la célèbre maison de haute couture. Au cours d’un enchaînement de questions-réponses, il a retracé toute son histoire depuis son inauguration en 1962 jusqu’à la fin de l’activité de YSL Haute Couture en 2002. Pierre Bergé a insisté sur les étapes clés de cette carrière en duo. Notamment sur ce qu’il appelle le «coup de tonnerre» de la création en 1966 d’ «YSL Rive Gauche», boutique et griffe pionnière d’un prêt-à-porter de très haut de gamme issu d’une maison de Haute Couture. C’était la première fois finalement qu’une collection conçue par un couturier était réalisée dans une usine selon les méthodes industrielles. Un procédé révolutionnaire qui allait encourager bien des initiatives par la suite. Pierre Bergé s’est arrêté sur un point important de l’évolution d’YSL qui est riche d’enseignement pour des jeunes gens qui voudraient se lancer dans le business de la création : les soucis financiers qui ont marqué les débuts de la maison et qui ont duré 12 ans ! Une très forte motivation et l’envie de réussir leur ont permis de passer ce cap douloureux. La situation de l’entreprise s’est ensuite améliorée grâce à l’aide précieuse d’un banquier américain.
Pierre Bergé s’est aussi attaché à expliquer les caractéristiques de la mode selon Yves Saint Laurent. En employant des formules percutantes pour en faire ressortir toute l’originalité : «Chanel donna la liberté aux femmes,Yves Saint Laurent leur donna le pouvoir ». Le couturier fit des emprunts au vestiaire masculin pour les faire glisser dans la garde-robe féminine. Ainsi naquirent le fameux smoking au féminin, la saharienne, le blazer… Particularité qui distingue Yves Saint Laurent de toute la famille des créateurs d’unisexe, il ne s’agit surtout pas d’une mode androgyne ! Le style YSL fait l’éloge de la féminité mais en lui donnant de la force et de l’assurance, qualités nécessaires à la femme dans le monde contemporain.
Poursuivant l’évocation de sa carrière, Pierre Bergé a ensuite retracé l’histoire de la création en 1973 de la Chambre Syndicale des couturiers et des créateurs de mode avec Sonia Rykiel, Michel Klein, Kenzo… Il pensait que les couturiers n’étaient pas les seuls à avoir du talent et souhaitait que des créateurs, qui avaient fait la preuve de leur talent dans le prêt-à-porter soient reconnus et respectés. Onze ans plus tard, Pierre Bergé lançait le projet de l’IFM. L’objectif était de réconcilier les créateurs et les managers, les impératifs de la création de mode et ceux de la production, distribution, communication...
Durant cette rencontre, Pierre Bergé est resté fidèle à lui-même, sans jamais parler la langue de bois. Aujourd’hui, selon lui, la haute couture appartient au passé. Les maisons de couture qui habillent les femmes sur mesure sont rares. Seules deux maisons continueraient à faire de la haute couture selon la tradition développée au début du 20ème siècle par la maison Worth : Chanel et Dior. Avant de conclure son exposé sur la mode actuelle par une série de maximes comme « la mode passe, le style reste » ou « la mode n’est pas un art même s’il faut un artiste pour la créer ».

Pierre Bergé:
undefined

Commenter cet article

boucolon paul 26/02/2009 05:53

ce qui me choque c'est cas ce jour il y a soit disant une crise et moi je suis au chomage et je viens de voir que mr bergé a vendu une collection d'art pour 373 millions d'euros,sa serais sympa d'avoir juste un petit millions pour vivre merci;