DISPARITION DU COIFFEUR ALEXANDRE RAIMON, DIT ALEXANDRE DE PARIS

Publié le par Florence Muller

Le célèbre coiffeur Alexandre de Paris, dont le nom était synonyme de Haute Coiffure, vient de s’éteindre à l’âge de 85 ans. Il avait fait de la coiffure un art reconnu à l’égal de la haute couture en coiffant célébrités et défilés des grands noms de la mode. Avec lui s’achève une généalogie prestigieuse de coiffeurs qui ont chacun marqué leur temps. Alexandre de Paris avait été formé en 1938, dès l’âge de 16 ans, par le fameux Antoine, lui-même apprenti en 1900, à l’âge de 16 ans chez Catroux, coiffeur très réputé de la Belle Epoque. De son maître Antoine, inventeur de la coupe à la garçonne et promoteurs des premiers shampoings colorés en association avec le fondateur de l’Oréal Eugène Schueller, Alexandre se distingua par ses créations révolutionnaires. Il lance les premières coupes sur cheveux mouillés, baptisées «Papillon» ou «Artichaut», la méthode du volume obtenu par crêpage et les mises en plis sur rouleaux. Mais ce sont les célébrités qui feront sa renommée rapide, la Begum Aga Khan dès 1946, la duchesse de Windsor et Grace de Monaco qui lui restera fidèle pendant plus de 25 ans. Devenu directeur artistique des salons Antoine à Paris en 1947, de nombreuses personnalités du cinéma lui confient leurs coiffures, comme Maria Callas, Sophia Lauren, Romy Schneider, Catherine Deneuve, Jean Cocteau... Il coiffe Liz Taylor dans « Cléopatre ». Associé pendant 5 ans avec les sœurs Carita à partir de 1952, il finit par ouvrir son propre salon en 1957.
J’ai eu le privilège de rencontrer ce «prince des coiffeurs» à l’occasion de diverses expositions du Musée des Arts de la Mode. C’est lui qui avait réalisé les extraordinaires perruques de la collection africaine d’Yves Saint Laurent comme toutes les coiffures de défilés du couturier depuis ses débuts chez Dior. Je l’ai vu «restaurer» les perruques des poupées du «Petit Théâtre de la Mode» lors de leur exposition au Musée, rue de Rivoli. Ces mannequins au corps de 60 cm de haut environ, en métal et à la tête en papier mâché conçus par Eliane Bonnabel étaient coiffés de perruques miniatures, reproduisant parfaitement les coiffures de l’année 1945. Un travail d’une précision et d’une délicatesse étonnante. Ces poupées faisaient parties lors de leurs créations en 1945 et 1946 d’une exposition itinérante, présentée dans les capitales européennes puis aux Etats-Unis, destinée à relancer le prestige de la haute couture parisienne et son hégémonie dans le monde. Alexandre avait confié une collection de perruques de défilés extravagantes à Yvonne Deslandres, pour sa collection de l’UFAC, qui fait dorénavant partie du Musée des Arts Décoratifs.

Alexandre de Paris et Liz Taylor:
undefined


Alexandre de Paris et Karl Lagerfeld autour d'un mannequin avant un défilé de mode:
undefined

Commenter cet article

LEROY née Lelong 07/03/2008 22:16

Cher Monsieur Alexandre, Adieu que Dieu vous accueille en son sein, je n'oublierai jamais ces précieux instants à Versailles avec ma famille descendante de Léonard Autier, vous m'aviez coiffée d'une perruque à la Marie-Antoinette! Adieu! Corinne