LA TRAVERSEE DU 104

Publié le par Florence Muller

La Mairie de Paris a choisi le dernier week-end de l'année pour présenter au public le projet du "104 Cent quatre". Cet établissement artistique installé dans les anciens locaux des Pompes Funèbres Municipales de la Ville de Paris sera consacré à la création et production d'oeuvres artistiques. Un autre pôle d'engagement de la Ville en faveur de l'art, qui, tout comme celui de la Gaieté Lyrique ou des des Docks en Seine devrait dynamiser un quartier de Paris en pleine mutation. La promesse du communiqué de presse envoyé par le 2ème Bureau, d'en faire un lieu "ouvert à tous" se matérialisait pleinement ce samedi 29 décembre et dimanche 30 décembre. L'espace encore en pleins travaux pouvait se visiter librement selon un parcours dit de "traversée". La configuration des bâtiments s'enchaînant les uns aux autres sur un terrain tout en longueur justifiait cette "traversée", commençant rue Curial et s'achevant rue d'Aubervilliers. L'organisation avait misé sur l'accueil et la séduction bon enfant : dès le métro, distribution d'un petit journal d'explications, dans les bâtiments du 104, personnel d'accueil commentant l'utilisation future du bâtiment, et offre de marrons chauds et amandes grillées très agréable. Les nuages ont eu le bon goût de se dégager pour laisser apparaître un peu de ciel bleu et des rayons de soleil qui venaient éclairer les bâtiments en pierre blanche à travers les grandes verrières qui forment la toiture. Pas de mauvaises vibrations dans cet ancien temple de la mort !  Le communiqué de presse décrivait pourtant les personnes chargées de l'accueil et de l'animation comme des "passeurs", un mot qui évoque quelques croyances funèbres anciennes ! 
Le coup d'oeil est tès beau, monumental sans être écrasant, à taille humaine. Les 35 000 m2 se déploient dans un grand nombre de bâtiments de taille diverses séparés par des cours. Beaucoup de variété dans les perspectives pourtant toutes construites sur des axes classiques, centrés, bordés de constructions en symétrie. Ce parcours en avant première était animé de quelques oeuvres d'artistes réalisées pour le lieu comme le nuage sonore de Vincent Eplay ou les projections de Jean-François Touchard. Sans attendre l'ouverture du 104 en 2008, des artistes travaillent en résidence "hors les murs". On pouvait découvrir leurs oeuvres dans les cafés entourant le 104, le Pascali, le Mathis, la brasserie du Parc, le café Au Curial et aussi sur le mur de l'entreprise Tafanel, dans les jardins d'Eole et dans les rues du quartier... A terme, le 104 possèdera des commerces, un restaurant et des équipements de proximité pour les pratiques artistiques amateurs et la petite enfance qui s'ajouteront au programme polyvalent conçu par Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, portant sur les arts plastiques, la musiques, la danse, le design, le cinéma, la littérature... Un vaste programme pour un vaste espace, pour plaire à tous... mais qui suggère un sympathique fourre-tout ! A voir à l'usage.
 
 
Façade de l'entrée 5 rue Curial, avec les photos d'Alain Bernardini immortalisant les ouvriers du 104 à côté de leurs instruments de travail :
undefined

undefined

Perspective se reflétant dans le plan d'eau-miroir :
undefined

Cour et verrière :
undefined

"Portraits mobiles avec Objets associés", de Pierrick Sorrin. Ces oeuvres vidéo ou "tableaux animés" sont créés à partir de la participation des visiteurs qui en deviennent les sujets.
undefined

"Chauds les marrons" ! Distribution de sachets de marrons :
undefined
 

Commenter cet article

Marion 03/01/2008 00:44

Et bien moi qui comptait absolument faire un post sur le 104... enfin à terme quand je l'aurais vu... ça fait des semaines que j'attends d'en savoir plus.